mercredi 4 janvier 2012

Nouvelle session, nouvelle expo


Barbara Garant
Du 11 janvier au 9 février 2012
Vernissage le mercredi 11 janvier à 17h.


«À la genèse de ce corpus d’ œuvres formé de peintures et de sculptures, il y a une attirance pour les vieux livres de psychologie. Ma recherche en art actuel me pousse à m’intéresser à certaines techniques utilisées pour sonder les individus (tests projectifs, tests d’aptitude, de Q.I. et autres études de la personne psychique) ainsi qu’aux images qu’elles peuvent produire. Le cœur de mes expérimentations étant d’aborder les mystères de l’identité, j’ai choisi récemment de le faire par le biais de ces outils développés par les psychologues et psychanalystes pour tenter de déchiffrer la construction et le fonctionnement de la personnalité. En atelier, les figures subirent une multiplication, voire une mutation les déclinant en différents états. Ainsi, trois tableaux se sont transformés en trois séries. Avec «Développement humain», je m’approprie l’approche psychologique pour la faire basculer dans le poétique. Je transgresse son langage dans un processus créatif. Ce dernier témoigne de mes efforts de rétablir une prose de l’individu sensible et du caractère unique de son expérience du monde.»

Portée par un questionnement existentiel, ma pratique artistique s’attache d’abord à l’étrangeté surgie du quotidien, à une domesticité teintée de malaise et d’angoisse. J’aborde surtout les notions d’expérience intime de l’identité, de présence qui trouble, de rapport au temps, à l’autre et à la mémoire.

De fait, la peinture, le dessin, la photographie et l’impression numérique constituent mes médiums privilégiés des dernières années. Une sorte d’incomplétude assumée caractérise les travaux réalisés. Une inexactitude dans le rendu et dans la définition du sujet apporte un doute que je nourris. La peinture maigre, le dépouillement des figures qui se retrouvent isolées, les parties floues ou essuyées sont autant de stratégies que j’utilise afin de briser les repères, de pousser à se perdre. Les figures semblent fondre, brûler, se dégrader, être en voie de disparaître.

En esquivant les pièges de la représentation creuse, j’invente ma manière de parler de notre humanité. La figure prend lentement matière, cependant elle s’approche de la béance. En transition entre deux monde, son incarnation semble ambiguë. L’inquiétude surgit d’un espace familial d’où l’on attend la sécurité. Une mémoire cachée nous entraîne dans un monde de l’enfance proche d’une pensée primitive; peur, violence et enchantement.   

Aussi, je fais des oeuvres de grande dimension (l’intimité qui nous saisit) autant que de petit format (l’intimité qu’on va chercher en s’approchant). Je me dirige vers une recherche plus ouverte de l’atmosphère dans mes oeuvres. Des médiums comme la sculpture, la vidéo, l’installation et la performance m’attirent. J’ai également développé une pratique en écriture qui fait parfois des incursions dans mes oeuvres.

En un mot, mon travail prend racine dans ma sensibilité à l’étrangeté cachée sous la surface des choses. Les énigmes de l’existence apparaissent comme le fondement de mes gestes artistiques. Je puise dans un imaginaire peuplé d’animisme, de croyances infantiles, de contes. D’idées refoulées sous le tapis qui s’amusent à faire trébucher de temps en temps pour rappeler leur présence.

Barbara Garant

L'artiste tient à remercier la Fondation TIMI ainsi que Jeunes volontaires et Emploi-Québec.
 


 

Aucun commentaire: