jeudi 26 mars 2015

L'espace des possibles

L'espace des possibles
Cindy Dumais
Jessy Bilodeau 
Jean-Marc E. Roy
Julien Boily
Carl Bouchard

Du 1 ier au 22 avril 2015
Vernissage mercredi 1 ier avril à 17h.



L’espace des possibles mène à la rencontre de cinq artistes de Saguenay pour tenter d’évoquer cet espace, concevoir et matérialiser ce qui se trouve encore dans ses possibles? Y-a-t-il des mots, des gestes encore non dits?  Les sens transfigurés, mués, résultants de multiples métissages imposés par la traversée des supports multiples. Jouer du hasard, provoquer et faire couler sur les murs blancs le poétique des acteurs? Et encore, si des ailes noircies par les cendres s’étendaient, s’épanchaient sur ces corps informes, sans formes, multiformes? Maintenant attentif, j’entends presque le grésillement des appareils électroniques magnifiés, obsolètes, nostalgiques…

-Née au Lac-Saint-Jean en 1978, Cindy Dumais s’installe au Saguenay après l’obtention de la maîtrise en arts de l’UQAC en 2004. Membre des Ateliers Touttout depuis 1999, elle continue ses recherches en arts visuels et en écriture, qui portent sur la traversée des frontières des représentations, sur l’expérience de l’intériorité et sa traduction poétique par les mots, la forme et la matière dans l’espace. Dans ce qu’elle nomme des constellations, ce sont les relations formelles et conceptuelles qui ont ce pouvoir, celui d’inventer des corps, d’estomper leurs frontières scripturales, picturales et sculpturales.  Par cela, son travail étudie l’informe, où les figures ne sont plus limités par un intérieur ou un extérieur, mais où sont montrés des corps antérieurs, ou ultérieurs, peut-être.  Cindy Dumais travaille actuellement sur le projet Les Convers(at)ions, un projet visuel et d’écriture, soutenu par le CALQ et par le Centre Sagamie; il sera présenté en 2016.  Elle a récemment participé à la Foire d’art contemporain de St-Lambert en octobre 2014.  Elle tient le double rôle d’auteure et d’éditrice, avec les éditions LaClignotante. Elle enseigne la pratique des arts au Cégep de Chicoutimi.

-Résidus d’un piochage de l’histoire, des éclats, désormais détachés de leur contexte référentiel, se manifestent telles des abstractions atmosphériques minimalistes. La pratique de Jessy Bilodeau est hybride et utilise les outils et techniques de l’estampe, de la sérigraphie et de la peinture traditionnelle. Ce métissage permet de travailler sur des supports inusités qui ont un rapport de tension et de minceur. Le fait historique renait à chaque instant dans nos mémoires par le texte et l’image. Après le posttraumatisme irrémédiable du présent, quelle image en reste-t-il?
Jessy Bilodeau a terminé en 2013 une maîtrise en arts à l’Université du Québec à Chicoutimi et son principal champ d’intérêt est la peinture. Son travail artistique a été présenté lors d’expositions collectives dans plusieurs lieux au Saguenay en plus de son implication auprès des centres d’artistes de la région. L'artiste présente un premier projet solo en 2012 « Fin de siècle », à Langage Plus. Une résidence de recherche et de création est en cours pour l'année 2015 au Centre Sagamie (Alma). Certaines  de ses œuvres font notamment partie de la collection d’œuvres de l’Université du Québec à Chicoutimi et de la collection Loto Québec.

-Toujours en lien avec une forme directe du cinéma, le travail de Jean-Marc E.Roy oscille entre documentaire et fiction. Le revirement face aux situations précaires fait partie prenante de ses œuvres. Amateur avoué du cinéma-vérité, forme à la fois singulière et empreinte de l’histoire même de notre 7e art national, il tente d’être un des ardant défenseurs de la légèreté d’équipe intrinsèque à ce type de cinématographie qui rend sa souplesse et son unique flexibilité possible et indéniablement intéressante. Sans vouloir ajouter de fioritures, ses propositions sont souvent à l’image de l’homme et de son environnement qui lui est si cher. Le but ultime du cinéma n’est-il pas de partager un moment privilégié? De tendre un miroir aux spectateurs? Il faut avoir la prétention et la volonté de peindre une fresque : « C’est en étant le plus particulier qu’on est le plus universel » disait Gide. Roy tient à pointer sa caméra vers nos racines avec le regard de sa génération; il est pour lui essentiel de ne pas perdre de vue l’importance quasi caricaturale qu’occupe la place de la culture populaire canadienne-française. Il aime jouer avec la banalité du quotidien. Un souhait transparait dans sa façon procéder; amenant de facto le spectateur à oublier,  dans une certaine mesure, qu’il est, peut-être, confronté à une histoire vraie. Depuis 1999, plusieurs de ses films ont été diffusés et récompensés ici comme ailleurs. Sa série Pick-up s’est méritée un Prix Gémeaux en 2012 et Cowboy une nomination en 2014. Il a récemment réalisé Bleu Tonnerre, Puisqu'il le faut et Nevermind avec lequel il a fait le tour du monde l'an dernier. Roy travaille présentement à son premier long métrage documentaire. Résidant à Chicoutimi, il possède également une pratique conjointe avec Philippe David Gagné depuis 2008.


-Julien Boily vit et travaille à Saguenay. Suite à un baccalauréat interdisciplinaire en art à l’Université du Québec à Chicoutimi (2005), Julien Boily a entrepris une pratique artistique à la fois collective et individuelle.  Membre du collectif Cédule 40, qui crée des jardins-installations interactifs dans une esthétique agro-industrielle, il poursuit individuellement une recherche en peinture, sa discipline privilégiée. Inspiré par le travail des anciens maîtres de l’âge d’or de la peinture (XVIIe siècle), il détourne les codes picturaux de cette époque pour représenter des scènes contemporaines. Il abandonne ainsi, toute quête d’invention formelle et utilise ce médium pour ces fonctions initiales de représentation du réel. La peinture participe alors à l’œuvre en tant qu’élément sémantique en soi au même titre que ce qui est représenté dans ses tableaux. C’est ainsi que, dans ses dernières propositions picturales il joue d’ironie en peignant des appareils électroniques éphémères au moyen d’une technique ayant subie l’épreuve du temps. Cette stratégie lui permet non seulement d’aborder le concept d’obsolescence programmée, mais aussi, grâce au caractère nostalgique de ses sujets, de nous confronter à notre propre rapport aux objets, aux souvenirs qu’ils leur sont rattachés et aux informations qu’ils peuvent contenir. Ces appareils nous ramènent alors, par analogie, à l’absurdité de nos modes de consommation et par le fait même, à la manière d’un memento mori, à notre propre faillibilité.

-Carl Bouchard réside et exerce son travail de création à Chicoutimi, d’abord à l’atelier l’Oreille Coupée (1989-1997) et maintenant aux Ateliers d’Artistes TOUTTOUT (co-fondateur). Il est président et co-fondateur du centre d’artistes Le LOBE (1993). C’est au début des années 90 que Bouchard contribue par son travail à l’essor des pratiques pluridisciplinaires. À travers les différents thèmes qu'il explore, il met en évidence des zones troubles et ambivalentes où les peurs et les limites qu’elles engendrent confrontent le public à celles-ci. Son travail cherche, par le biais des œuvres, à forcer le spectateur à revoir leurs perceptions et ébranler quelques habitudes de réflexion. Il a présenté douze expositions individuelles et cinquante-cinq expositions collectives au Canada, France, Autriche et Colombie. Il a réalisé huit projets d’art public et ses œuvres font partie de plusieurs collections muséales, institutionnelles et privées québécoises. Son travail de création a été de nombreuses fois soutenu par le CALQ et le CAC. En 2014 le CALQ lui décerne le prix créateur de l'année pour la région du Saguenay Lac-st-Jean.  Depuis 1998, Bouchard développe une pratique interdisciplinaire conjointe avec l’artiste Martin Dufrasne. Leurs photographies, installations et performances ont été présentées dans plus d’une vingtaine d’expositions et vingtaine d’événements de performance au Canada, en Europe et en Amérique du Sud.


Les œuvres de Carl Bouchard ont été rendues possible grâce à une subvention du Conseil des arts et des lettres du Québec.





Aucun commentaire: